Chamarande

châteauLe domaine de Chamarande est un lieu aussi beau que généreux. Patrimoine bâti joliment conservé, grand parc arboré et varié, le domaine s’avère aussi être un centre d’art contemporain, et un véritable laboratoire de gestion écologique. Dernière expérience en date, ce sont des chèvres et des moutons qui tondent l’herbe des douves.

A Chamarande, on se sent invité et choyé. L’entrée est gratuite, avec un accès libre au château et aux expositions, au parc, avec ses tables de picnic, promenades en barque et installations d’art contemporain… L’été, des brunchs-conférences et des concerts en plein air sont aussi proposés au public.

Ce dimanche 7 juillet, on pouvait justement assister à un brunch-conférence au sujet de ce superbe hêtre pourpre, âgé de 150 ans. Menacé par un champignon « ganoderme » qui attaque son collet depuis déjà 20 ans, on lui a prédit un sursis de 5 ans, et le voilà toujours debout, sous l’oeil attentif de François Giard, technicien de l’office national des forêt.

Le tronc se creuse, la voilure s’étiole, et le piétinement des touristes sur ses racines n’arrange rien. Mais le monument végétal, intimement mêlé à la chapelle du château, s’accroche et fait le beau, jusqu’à ce qu’un jour on soit obligé de l’abattre, pour des raisons de sécurité…

Cette présentation passionnante était aussi l’objet de bien des digressions autour du monde végétal, arbres multimillénaires ou remarquables, houppier, pigments, racines et pivots, champignons mycorhiziens ou saprophytes… Foisonnant de mots simples ou savants.

grenouille

L’engagement écologique de Chamarande s’illustre aussi par le choix des expositions et artistes en résidence, qui puisent dans le patrimoine historique et naturel du lieu. Le tout orchestré par COAL (Coalition pour l’art et le développement durable).

Un parcours d’oeuvres disséminées dans le parc surprend les visiteurs, tandis que le château accueille une rétrospective de Brandon Ballengée. A la fois artiste et chercheur écologue, il consacre son travail à la sauvegarde de la biodiversité. Etudes de grenouilles malformées, oiseaux absents de leur gravures car disparus, spécimens naturalisés… Tous les médias sont bons pour faire passer le message.

Prelude to the Collapse of the North Atlantic se présente comme une collection de bocaux contenant chacun une espèce marine, superposées selon la hiérarchie de la chaîne alimentaire (les prédateurs au dessus donc). Certains sont vides, alarmant sur la fragilité des ecosystèmes marins.

Publicités